“Qu’est-ce que le temps ?”, D’Augustin.

« Qu’est-ce que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais bien ; mais si on me le demande, et que j’entreprenne de l’expliquer, je trouve que je l’ignore Je puis néanmoins dire hardiment que je sais, que si rien ne se passait, il n’y aurait point de temps passé ; que si rien n’advenait, il n’y aurait point de temps à venir. En quelle manière sont donc ces deux temps, le passé, et l’avenir ; puisque le passé n’est plus, et que l’avenir n’est pas encore ? Et quant au présent, s’il était toujours présent, et quand s’écoulant il ne devînt point un temps passé mais l’éternité. Si donc le présent n’est un temps que parce qu’il s’écoule et devient un temps passé, comment pouvons-nous dire que quelque chose soit, laquelle n’a autre cause de son être, sinon qu’elle ne sera plus ? De sorte que nous ne pouvons dire avec vérité que le temps soit, sinon parce qu’il tend à n’être plus. »

Source : Aurelius Augustinus, Confessions, dir. Philippe Sellier et Odette Barenne, trad. Antoine Arnauld d’Andilly, Nachdr, Collection Folio Classique 2465 (Paris: Gallimard, 2008), page 422.