Les écoles de Chicago : Naissance de la sociologie américaine, par David Le Breton.

La sociologie américaine naît à l’époque dans laquelle Chicago était en proie à une forte criminalité, elle se distancie, par son contexte, avec la sociologie française dont Émile Durkeim était l’un des fondateurs. La sociologie française est fondée sur la description et l’explication ; elle prétend fonder des vérités et selon Durkeim, l’individu est déterminé par le contexte social. En alternative, la sociologie américaine adopte une méthodologie fondée sur l’observation et la compréhension. En 1900, la moitié de la population de Chicago est née en dehors des États-Unis. Cette époque voit la naissance de l’écologie urbaine suite à une démographie galopante au dix-neuvième siècle. Migrants d’Europe, irlandais, résidents des ghettos, paysans polonais participent à l’arrivée aux États-Unis. Les quartiers étrangers sont donc désorganisés. L’école de sociologie de Chicago se veut pragmatique afin de produire des connaissances utiles. L’école de Chicago hérite de la filiation allemande dont l’une des pensées est que la société est un enchevêtrement d’actions réciproques en réaction des agissements d’autrui. Selon Robert Ezra Park, fondateur de la psychologie sociale, le jugement du regard d’autrui suggère le souci du regard des autres. Au préalable du regard, les prémisses de gestes sont déjà une communication qui sera jugée. Soi-même est parcouru par des acteurs en scène en miroir du regard sur soi pour agir et pour être compris. La société est un lieu de communications et d’échanges de significations sans transparence des consciences. La conscience de soi est le produit de la conscience des différences individuelles d’expériences, jointes au sens de leur inter-communicabilité foncière. L’émission d’un message maladroit ou mal compris sera donc relayée ou éventuellement amplifié. Dans son livre, « The Gang », Frédéric Thrascher étudie les gangs de l’intérieur, sans jugement. Il relève que le code familial traverse chaque gang, le gang d’adolescent est une formation comme un refuge au manque familial. Un gang ne se forme pas spontanément, des conditions préalables sont nécessaires pour former un gang ; en l’occurrence, ce sont : l’interdiction de l’alcool, la corruption de la justice, la désorganisation sociale et l’adversité de cette période. Le travail de Thrascher donne donc de nouveaux outils aux organisations sociales pour aider les jeunes à se construire en tant que subjectivité. Ces outils ont donc été convertis d’un traitement des valeurs vers un traitement des projets de vie.

Source : David Le Breton, « Les écoles de Chicago : Naissance de la sociologie américaine », Les nouveaux chemins de la connaissance, juin 2013. http://www.franceculture.fr/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-les-ecoles-de-chicago-44-naissance-de-la-sociologie, d’après notes de l’émission radiophonique publiée à la page.