La République (-380 env.) de Platon, par Raphaël Enthoven.

Selon Platon, la justice humaine intérieure ne se réduit pas aux bienfaits que les personnes en attendent. Le seigneur des anneaux illustre cela : l’anneau du Seigneur des anneaux est un anneau qui rend son porteur invisible. Le porteur de l’anneau est certes libéré de la récompense et de la punition imposée par la société mais il demeure dominé par ses prétendus avantages de son anneau. La question soulevée par l’anneau interroge la personne humaine sur ce que serait la justice interne dans un monde sans témoin, dans un monde sans récompense, ni châtiment.

En toute personne humaine, il demeure un naturel philosophe dont le questionnement à l’identité est d’être juste, d’être fidèle à elle-même et d’être fidèle à sa liberté au-delà des récompenses espérées des bienfaits. L’identité intérieure n’est donc pas seulement la visibilité d’une personne sur laquelle les regards des autres forment une concrétion sociale. Néanmoins, certaines personnes deviennent parfois ce que les circonstances de la vie font d’elles. Ces circonstances les éloignent de la fidélité à elles-mêmes.

Par son livre, Platon pointe les insuffisances des solutions disponibles à son époque. Le démocrate, qui se veut la personne la moins injuste, ne se décrit que par son absence de personnalité. Platon pointe également le discours des sophistes dont la pensée est un art sans justice. Platon déplore aussi Homère, dont les contes sont un mélange de morale et de vérité. En dépit de leur volonté d’être utiles, toutes ces solutions sont préconstruites de façon à déposséder l’héritier de ces pensées de fabriquer ses réflexions par lui-même au droit de la justice humaine intérieure et de sa fidélité à lui-même. La justice platonicienne serait l’art de trouver sa place, et d’accepter de vivre dans le chaos d’une existence indécise. Selon Platon, le vrai dialogue suppose le deuil de la vérité. Par exemple, le détournement de l’art pour une cause politique dépossède l’œuvre d’art de son contenu. Ainsi, une vertu se pense comme sa propre fin ; la récompense vient d’elle-même dès que la récompense n’est pas recherchée.

Sources : Raphaël Enthoven, « Platon – La République », Émission : « Le Gai Savoir », juin 2014.