Cloitre

Les façades du patio masquent l’horizon terrestre, elles recréent ainsi les parois d’un monde. L’architecture à la taille humaine contient le ciel et elle est donc une miniature du monde dans lequel l’eau représente la vie et le végétal représente le vivant. Selon Remy Butler, l’ornement architectural a disparu avec l’apparition des techniques industrielles car il a été inventé pour cacher les malfaçons des sociétés mal outillées. Le propre de l’ornement a donc été communément ce qui est inutile en soi. Cependant, dans ce patio, l’arc en dentelle de pierre emboitée dans une double arche, elle-même emboitée dans une baie cintrée d’une arcade placée dans une série ininterrompu devant une coursive parcourue par des moines, met ostensiblement en évidence l’effet d’échelle et d’infini. Celui qui déambule dans ce patio est le porteur de l’allégorie de la vie comme promenade dans l’existence.